Le Monde à travers l'Art
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Monde de Sophie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
feannor
Patte de Mille-pattes
avatar

Messages : 192
Masculin Localisation : Stras
Emploi : lycéen
Humeur : Death comes never faster, this is the disaster !

MessageSujet: Le Monde de Sophie   Mer 1 Mai - 0:14

Octobre, la rentré en 5ème à débuté, les premières vacances sont déjà là. Hop voyages à Naples voir ma cousines qui se marie. Passons sur la messe en église, tout le monde en costard cravate et un petit bonhomme avec une crête au pointe bleue, jeans déchiré et T-shirt en état pas beaucoup mieux, et parlons du cadeau que je reçu par le mari de ma cousine. Il m'offrit un livre. Et quel livre ! Il Mondo di Sofia. Et c'est ainsi que j'ai découvert Jostein Gaarder.

Imaginez un dialogue, forcément socratique, version adolescente de grande banlieue, socquettes blanches et cheveux filasses. Correspondance qui aurait débuté par deux lettres anonymes au contenu sibyllin: "qui es-tu?" et "D'où vient le monde?". Ce livre s'adresse justement au adolescent, non pas aux personnes pleines d’expériences tel que nous le sommes maintenant, mais bien plus au jeune garçon que j'étais, qui n'avais jamais réellement entendu parler de philosophie. L'enjeu de ce roman, être une histoire de la philosophie complète, portant à la réflexion, tout en étant attirant pour un public encore jeune. Le résultat du pari ? Un total succès. On nous parles de Aristote, Platon, Darwin, Freud, Marx, Sartre,... et plus encore.

Si le début peut sembler déjà intriguant: le protagoniste, la plutôt, Sophie reçoit deux lettres avec des questions, et plus tard une lettres avec un petit cour de philosophie, on ne sais pas d'où elles proviennent, mais l'enquête sera menée en parallèle de l'avancée des cours, la suite devient captivante et la chute totalement inattendu mais sublime dans son arrivée. Ne gâcher surtout pas la surprise vraiment plaisante qui vous attend en lisant les dernières pages avant d'avoir lut tout le reste du livre !!

Jostein Gaarder réussit l'impensable avec ce livre : vulgariser la discipline sinon la plus complexe, du moins la plus inaccessible. En trente-cinq chapitres, il condense la pensée occidentale – d'où certains oublis malencontreux (Machiavel, Husserl, pour ne citer qu'eux) mais pas préjudiciables pour autant puisqu'il ne prétend pas être exhaustif – et retrace l'histoire de la philosophie de façon linéaire.

Finalement, Le Monde de Sophie est avant tout le récit d'une quête initiatique. Celle de Sophie bien sûr, qui ouvre peu à peu les yeux sur le monde qui l'entoure mais aussi et surtout la nôtre. C'est d'ailleurs là la vraie réussite du livre selon moi (et le but intrinsèque de la philosophie) : parvenir à nous faire nous interroger, au fil des chapitres, sur le principe même de l'existence, sur l'univers qui nous englobe, sur autrui, sur nous-mêmes enfin.

Et j'aimerais citer un passage dans ce roman qui m'a vraiment frappé au point où 4 ans et demi après l'avoir lut, je m'en souviens encore comment j'étais lorsque je lisais ce passage:

Un vieux philosophe grec qui vivait il y a plus de deux mille ans pensait que la philosophie était née grâce à l'étonnement des hommes. L'homme trouve si étrange le fait d'être en vie que les questions philosophiques apparaissent d'elles-mêmes, disait-il.
C'est comme assister à un tour de prestidigitation : nous ne comprenons pas ce qui s'est déroulé sous nos yeux. Alors nous demandons : comment le prestidigitateur a-t-il transformé quelques foulards de soie en un lapin vivant ?
Beaucoup pensent que le monde est aussi incompréhensible que le coup du lapin qui sort du chapeau haut-de-forme qu'on avait pourtant cru vide. En ce qui concerne le lapin, on comprend qu'on s'est fait avoir. Mais comment il a fait, toute la question est là. Le problème est un peu différent quand il s'agit du monde. Nous savons que le monde n'est pas un tour de passe-passe car nous vivons sur cette terre et nous en faisons partie. Au fond, le lapin blanc qu'on sort du chapeau haut-de-forme, c'est nous. A la différence que le lapin blanc n'a pas conscience de participer à un tour de magie. Nous, c'est quand même différent. Nous nous sentons participer au mystère et aimerions bien comprendre comment tout ça est imbriqué.

P.-S : Concernant le lapin blanc, la comparaison avec l'univers serait plus juste. Nous autres ne serions que de toutes petites bestioles incrustées dans la fourrure du lapin. Les philosophes, eux, essaieraient de grimper le long d'un des poils fins afin de regarder le prestidigitateur dans les yeux.



Je trouve que ce livre est extra-ordinaire, mais il n'est pas écrit pour des personnes âgés tel que nous, et encore moins à une personne ayant déjà eu un cour de philosophie où au moins une initiation, la magie ne va pas s'opérer. Il vaut quand même la peine d'être lut, si ce n'est pour la fin, mais ne vous étonnés pas si il est moins attractif que d'autre livre du même auteur.

Sur ce, je m’arrête, cela fait trois ans que je n'ai plus relus, et je m'y remet. Je vous laisse le plaisir de le lire pour en parler plus tard, histoire de pas vous dévoiler la fin maintenant.

___________________________________________________
Drink from the fountain of your poisoned dream
Bled from your machine
Choke on the spirits that you tried to eat
Now on you they feed

You build the part, now you play it
We become the master, drown in all the laughter
Law from below, now you obey it
Death comes never faster, this is the disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathlive.tumblr.com
 
Le Monde de Sophie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Initiation : Le Monde de Sophie - Jostein Gaarder
» Jostein Gaarder
» Jostein Gaarder
» Votre lecture du moment
» Jostein GAARDER (Norvège)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Théâtre des Arts :: BIBLIOTHEQUE :: La Littérature-
Sauter vers: