Le Monde à travers l'Art
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arts Numériques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lys
La Tartine


Messages : 247
Féminin

MessageSujet: Arts Numériques    Ven 4 Jan - 14:43

LA COOP AU SERVICE DE L’ART NUMERIQUE


Pour sa 13ème édition, le festival de l’Ososphère fait (re)découvrir au grand public l’Art numérique en s’établissant dans les bâtiments de la Coop du 7 au 16 décembre 2012. Une exposition impressionnante de trente-deux œuvres qui nous rappelle que l’Art est une création multiforme.

Les bâtiments de la Coop se composent de plusieurs blocs. L’un d’eux, ancien entrepôt à vins, incarne on ne peut mieux le fantôme industriel : trois étages au sol bétonné, murs de briques rouges, ascenseurs rouillés. Un espace immense, dénudé - à première vue - de vie quelconque. L’endroit idéal pour exposer l’Art qui découla de l’industrialisation.

Un espace mit en valeur
Plusieurs œuvres ont usé de l’espace de manière intelligente. Ainsi, Jean-François Laporte investie la salle bleue des machines (notamment entrepôt des cuves à vins) avec ses deux œuvres complémentaires Tremblement de Mer « Mutation » et The Floating Project. Des vibrations qui se répercutent sur des toiles de tôles, projetant ainsi dans l’espace un son inquiétant, à interprétation libre : un bateau qui coule, une ville qui se transforme, etc. Est-ce la couleur bleu, est-ce la forme étrange de cette salle aux aspects de navette spatiale ou bien les sons répercutés qui mettent le spectateur en état d’hypnose ? Interrogation qui fait appel à la sensibilité de chacun : c’est bel et bien de l’Art qui nous présente l’artiste au-delà d’un phénomène physique.
Si l’on se rend au troisième étage, en rencontre une autre mise en espace intéressante : Jean-Michel Albert et Ashley Fure se sont servis d’une salle entièrement coupée de la lumière au fond du bâtiment pour leur Tripwire : des cordes lumineuses mises en rotation afin de simuler le mouvement des ondes, donnant le sentiment d’être devant un écran géant, alors qu’il n’y a rien de plus concret.

Art, Science et Société
La plupart de ces œuvres lient aussi bien l’Art, la Science et la Société. Disons que c’est la Science au service de l’Art (et inversement) dans l’environnement urbain. L’exemple le plus frappant est The Tenth Sentiment de Ryota Kuwakubo : l’on pénètre dans une petite pièce coupée de toutes lumières et dans laquelle se trouve un petit train. La lumière avant de ce train illumine divers objets posés aux alentours des rails : cubes en bois, passoir, figurines, etc. La lumière projetée sur ces objets reflète leur ombre sur les murs. Nous voilà parti pour un voyage ombragé dans un air urbain moderne : éoliennes, forêts, villes… Une œuvre fascinante dont on ne se lasse pas. Autre exemple, le Locustream Promenade de Locus Sonus. Cinq sortes d’abat-jours accrochés au plafond, qui nous immerge dans une ville à l’autre bout du monde grâce à des capteurs sonores qui y sont placés et qui sont véhiculés grâce à Internet. On entend les sonorités urbaines de New York ou bien d’une ville en Amérique Latine, et c’est bien ce qui nous impressionne : la difficulté de la distance semble avoir disparu grâce à l’Art numérique. Œuvre étrange qui nous replonge dans le passé, avant que l’île d’Hashima ne soit irradié, c’est celle d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux, avec Empire. Devant le spectateur, un écran avec des images de bâtiments en ruines. Si l’on passe devant, les bâtiments se reconstruisent. Un phénomène qui laisse songeur, et dont on a du mal à saisir le fonctionnement alors que l’acte en lui-même, celui de reconstruction (ou de retour dans le passé), est très fort.

Une immersion totale
L’un des principes fondamentaux de l’Art numérique, c’est celui de l’immersion totale du spectateur. A l’Ososphère, rares sont les œuvres qui n’impliquent pas le spectateur. Physiquement, il y a l’immersion au sens propre du terme dans le Signal To Noise de Lab[au] : on entre dans un cercle tapissé de lettres blanches qui changent au bout de plusieurs secondes. Lorsqu’elles s’arrêtent, il se peut qu’elles forment ensemble un mot, apparaissant alors en rouge. Autre immersion, celle créée par Adelin Schweitzer, Simstim. On se couche dans un hamac, on met une sorte de paire de lunettes qui nous projettent un parcours dans les rues d’une ville avec l’ambiance sonore qui s’y apparente. Le spectateur est parti pour une promenade on ne peut plus réaliste.

==>La Coop héberge donc tout un éventail d’Art numérique, touchant tout public et qui réconcilie Art et Science. Une expérience à découvrir pour se réinventer l’Art ou la Science dans un univers moderne, touchant aux questions de société tout en brisant le quatrième mur entre œuvre et spectateur.

Le 11 décembre 2012
Strasbourg


Y-a-t'il un de nos Strasbourgeois ici présent qui ait vu l'expo??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
feannor
Patte de Mille-pattes
avatar

Messages : 192
Masculin Localisation : Stras
Emploi : lycéen
Humeur : Death comes never faster, this is the disaster !

MessageSujet: Re: Arts Numériques    Mer 9 Jan - 16:08

Je l'ai moi-même vu, et j'ai très bien aimé l'espace lui-même ainsi que la salle bleue, digne des plus beau décors de film pots-apocalyptique presque, et le son ne peux que bien aller à l'ambiance et augmenté l'effet que ça nous produit dans ce lieu abandonné.

La salle du train dont tu parle m'a plus aussi pas mal, on voyais tout un tas d’œuvres avec une grande complexité avant de se retrouver devant ça: tout naturel, simple, presque épuré techniquement, aucun mécanisme, un train sur des rails qui tourne, une lampe accrochée dessus, et un décors simple en bois et tout se joue avec les ombres. Et c'est cette simplicité qui compte.

J'ai bien aimé aussi l'écran avec la ville, lorsqu'on passait devant on aurait dit sur l'écran qu'il y avait des spectres ? étaient-ce les anciens habitants de cette ville en ruine transformé en fantôme à travers lesquels on regarde ?

Et puis y avait ça:

Le mécanisme est très simple, mais très astucieux dans le même sens: devant cet "écran" se trouve un projecteur de lumière blanche. Lorsque quelqu'un passe devant, il fait de l'ombre, et des capteur photosensible sentent qu'ils n'y a plus la lumière émise par le projecteur et allument donc des diodes bleu, créant une illusion particulière, derrière ces diodes et capteur se trouve des ventilateurs qui se mettent en marche en même temps que les diodes bleu, créant une cacophonie très particulière....


puis évidemment ça:


et robot qui dessinais le portrait d'une personne qui posait sur une chaise au crayon à papier.

la machine à coudre qui reproduisait sur un tissu le signal émis par le cerveau de la mère de l'artiste, pendant qu'elle racontait des souvenirs.

Etc, etc, etc, etc... Y avait beaucoup beaucoup et ça me rappelait le musés du Multimédia à Karlsruhe.

___________________________________________________
Drink from the fountain of your poisoned dream
Bled from your machine
Choke on the spirits that you tried to eat
Now on you they feed

You build the part, now you play it
We become the master, drown in all the laughter
Law from below, now you obey it
Death comes never faster, this is the disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathlive.tumblr.com
Lys
La Tartine


Messages : 247
Féminin

MessageSujet: Re: Arts Numériques    Dim 3 Fév - 21:36

L'écran avec la ville, c'était pas plutôt genre un bâtiment et quand tu passes devant tu vois comme un spectre mais le batiment se reconstruir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
feannor
Patte de Mille-pattes
avatar

Messages : 192
Masculin Localisation : Stras
Emploi : lycéen
Humeur : Death comes never faster, this is the disaster !

MessageSujet: Re: Arts Numériques    Dim 3 Fév - 22:22

Je sais pas trop, j'ai pas vu, mais maintenant que tu le dis... Et puis c'est logique, ca donne vraiment l'impression de voire une ville morte avec des esprits a travers lesquelles tu vois la ville a leur epoque (encore vivante)

___________________________________________________
Drink from the fountain of your poisoned dream
Bled from your machine
Choke on the spirits that you tried to eat
Now on you they feed

You build the part, now you play it
We become the master, drown in all the laughter
Law from below, now you obey it
Death comes never faster, this is the disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathlive.tumblr.com
Lys
La Tartine


Messages : 247
Féminin

MessageSujet: Re: Arts Numériques    Dim 3 Fév - 22:28

Oui, c'est le truc qui voulais reproduire une ville genre Hiroshima après la bombe atomique, complètement détruite, et où seuls les souvenirs demeurent En passant devant l'écran, on faisait un retour dans le passé, lorsque le bombardement n'avais pas encore eu lieu. C'est assez horrible, en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arts Numériques    

Revenir en haut Aller en bas
 
Arts Numériques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas d'image avec les chaines numériques
» Les chaînes numériques VOO
» Cablecom gagne des clients pour tous les produits numériques
» Abolition du cryptage des chaînes numériques gratuites
» Radios numériques en Suisse romande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Théâtre des Arts :: ATELIER :: Objets d'Art-
Sauter vers: