Le Monde à travers l'Art
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TGstan (compagnie théâtre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
feannor
Patte de Mille-pattes
avatar

Messages : 192
Masculin Localisation : Stras
Emploi : lycéen
Humeur : Death comes never faster, this is the disaster !

MessageSujet: TGstan (compagnie théâtre)   Mer 31 Oct - 23:08

Rapidement qui ils sont:
La compagnie tg STAN fut fondée par quatre acteurs diplômés du Conservatoire d'Anvers en 1989. Jolente De Keersmaeker, Damiaan De Schrijver, Waas Gramser et Frank Vercruyssen refusèrent catégoriquement de s'intégrer dans une des compagnies existantes, ne voyant dans celles-ci qu'esthétisme révolu, expérimentation formelle aliénante et tyrannie de metteur en scène. Ils voulaient se placer eux-mêmes – en tant qu'acteurs, avec leurs capacités et leurs échecs (avoués) – au centre de la démarche qu'ils ambitionnaient : la destruction de l'illusion théâtrale, le jeu dépouillé, la mise en évidence des divergences éventuelles dans le jeu, et l'engagement rigoureux vis-à-vis du personnage et de ce qu'il a à raconter. Après quelques spectacles, Waas Gramser (actuellement membre de la Comp. Marius) a quitté la troupe, qui a alors accueilli Sara De Roo. Thomas Walgrave est venu les rejoindre en tant que scénographe attitré.
Résolument tournée vers l'acteur, refusant tout dogmatisme, voilà les mots clés qui caractérisent Tg STAN. Le refus du dogmatisme est évoqué par son nom – S(top) T(hinking) A(bout) N(ames) – mais aussi par le répertoire hybride, quoique systématiquement contestataire, où Cocteau et Anouilh côtoient Tchekhov, Bernhard suit Ibsen et les comédies de Wilde ou Shaw voisinent avec des essais de Diderot. Mais cet éclectisme, loin d'exprimer la volonté de contenter tout le monde, est le fruit d'une stratégie de programmation consciente et pertinente.
STAN fait la part belle à l'acteur. Malgré l'absence de metteur en scène et le refus de s'harmoniser, d'accorder les violons – ou peut-être justement à cause de cette particularité – les meilleures représentations de STAN font preuve d'une grande unité dont fuse le plaisir de jouer, tout en servant de support – jamais moralisateur – à un puissant message social, voire politique.
extrait d'ici.
La pièce: Les Estivants, met en scène un groupe d’amis russes qui passent ensemble l’été dans une datcha. Les conversations tournent autour de l’éducation des enfants, de l’amour, du mariage, de la littérature, de la vie, … On y boit du thé, on y bavarde et badine, on profite de l’eau et du soleil. Et pourtant, quelque chose est en train de se tramer. Ce cercle d’illuminés notoires, tous membres de la classe supérieure, de l’intelligentsia russe, ne peut cacher une grande nervosité. Dans l’attente de voir leur vie complètement chamboulée, ils se cramponnent les uns aux autres et défendent avec fanatisme leur position chancelante.
Les Estivants, ou "Datchniki" en russe, est une pièce que Maxime Gorki a écrite en 1905. Son récit dramatise la vie de la classe moyenne russe, ainsi que son attitude face aux bouleversements sociaux du début du XXe siècle.
extrait d'ici.
Demander à Lys de faire une critique, elle qui a vus tout comme moi la pièce.

Le soir, après leur seconde représentation de la pièce à Strasbourg, au TNS, (représentation à laquelle j'avais assisté) je suuis aller dîner avec eux et autour d'une table sur la quelle reposait des délicieux banane au rhum je l'ai ai interviewer.
[b]
Moi: d'où viens vôtre inspiration, avant de choisir une pièce, avant de la réécrire, de l’interpréter à vôtre manière ?
Eux (Damiaan De Schrijver): En Belgique, il y a cette tradition de tir à l'arc en l'air, le but est de toucher une cible haute, comme si c'était un oiseau, et c'est durant ces "partie" de tir à l'arc que je m'inspire.
Moi: Quelle est vôtre rapport avec la langue, car vous jouez les pièces en flamand, français et anglais ?
Eux: Lorsqu'on joue dans une langue étrangère, comme le français, nous sommes plus sévère, plus exigeant sur nôtre travail, car la langue nous laisse moins de liberté surtout sur l'improvisation, nous devons donc beaucoup mieux apprendre le texte. Mais par contre, nous avons plus de facilité de nous rappeler du texte en langue étrangère, nous l'oublions plus vite en flamand. Et puis il y a l'étude du texte qui est bien plus profonde lorsque nous jouons à l'étranger et la représentation devient plus stable, elle changent rarement d'un jour à l'autre.
Moi: Pourquoi avoir choisis ce texte qui porte cette vision si forte sur l'Humanité ?
Eux: Ce texte de 1904 nous parle vraiment: nous vieillissons tous, et nous avons atteint un stade où nous nous questionnons beaucoup nous même, ainsi que la vie et son sens. nous sentons que nous sommes vieux, et que peut-être durant tout ce temps nous avions été vide, creux et nôtre engagement de jeunesse, politique, idéologique ou je sais pas quoi d'autre à disparus, et nous nous demandons où il est passé. Et puis ce texte à été écris en préparation à la Révolution d'Octobre (que moi j'ai fêté aujourd'hui, mais ça a rien avoir avec l'interview), et nous sentons que quelque chose bouge aussi, là maintenant aujourd'hui.
Moi: Enfin, pourquoi cette mise en scène, ou plutôt cette absence de mise en scène ?
Eux: Déjà nous voulions que le spectateur se concentre uniquement sur les acteurs et leurs jeux, rien d'autre, qu'il se focalise que sur cela. De plus nous voulions faire remarquer que cette pièce n'est que du théâtre à l’intérieur d'une autre pièce beaucoup plus vaste qu'est l'univers entier que c'est du théâtre dans du théâtre (voilà aussi pourquoi une des scène...) tout en montrant que puisque nôtre pièce était absurde, cela montre aussi que tout la vie, l'univers, le monde sont absurdes.

___________________________________________________
Drink from the fountain of your poisoned dream
Bled from your machine
Choke on the spirits that you tried to eat
Now on you they feed

You build the part, now you play it
We become the master, drown in all the laughter
Law from below, now you obey it
Death comes never faster, this is the disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathlive.tumblr.com
 
TGstan (compagnie théâtre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compagnie antichar 7
» La Compagnie des Alpes: 1er actionnaire du Futuroscope
» Galerie de Vulkan: 3ème compagnie des Ultramarines
» Notre asso "point de croix et compagnie" de Lorient
» Londres en bonne compagnie, d'Anne Martinetti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Théâtre des Arts :: PARC :: Interviews d'Artistes-
Sauter vers: