Le Monde à travers l'Art
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Requiem For A Dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lys
La Tartine


Messages : 247
Féminin

MessageSujet: Requiem For A Dream   Sam 18 Aoû - 12:01

Requiem for a Dream est un film américain réalisé par Darren Aronofsky en 2000 et adapté du roman de Hubert Selby (1978). C´est un drame, qui traite de la drogue et du cercle vicieux dans lequel elle vous enferme et vous détruit.

Synopsis
(d´apres http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=26602.html)

Harry Goldfarb est un junkie. Il passe ses journées en compagnie de sa petite amie Marion et son copain Tyrone. Ensemble, ils s'inventent un paradis artificiel. En quête d'une vie meilleure, le trio est entraîné dans une spirale infernale qui les enfonce toujours un peu plus dans l'angoisse et le désespoir.
La mère d'Harry, Sara, souffre d'une autre forme d'addiction, la télévision. Juive, fantasque et veuve depuis des années, elle vit seule à Coney Island et nourrit dans le secret l'espoir de participer un jour à son émission préférée. Afin de satisfaire aux canons esthétiques de la télévision, elle s'astreint à un régime draconien. Un jour, elle le sait, elle passera de l'autre côté de l'écran



http://www.youtube.com/watch?v=rUm6YXSDRdY&feature=related


Personnellememt, j´ai trouvé ce film plutot bien réussi. Je me sentais tres mal a l´aise en le voyant, comme entrainée par cette "spirale infernale" depuis mon canapé. Ce coté réel et ce sujet d´actualité renforce encore la puissance du film, qui, malgré ce drame complet, garde une simplicité frappante. J´ai eu de mal a m´accrocher au personnage de Marion, mais j´ai ressenti le personnage de Sara comme une véritable victime, au point d´avoir mal au coeur pour elle. En fait, ce film ne nous permet pas vraiment de "rencontrer" les personnages, et pourtant, on se sent vraiment concerné par ce qu´il leur arrive. Du moins, ce fut mon impression. Qu´avez vous pensé de ce film?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cami-figue mi-raisin
Nouvel Anarchiste
avatar

Messages : 9
Féminin Humeur : mi figue mi raisin

MessageSujet: Re: Requiem For A Dream   Jeu 3 Jan - 22:27

Ce film m'a vraiment fait un choc.
D'abord l'histoire bien sûr, qui passe du beau au terrible, qui m'a fait rêver quelques secondes (oui oui, un amour junkie pourquoi pas) puis pleurer
L'esthétique aussi, je ne sais pas si c'est vrai mais, des images et impression qu'il me reste, je sens une ambiance chaude de fin de mois d'août, avec le même vide dans la ville (ces plans avec les mamies devant l'immeuble, j'ai l'impression qu'elles sont vraiment dans une ville morte), comme si on laissait vraiment ces personnages livrés à eux même.
Les personnages : effectivement, en te lisant j'y ai réfléchi et c'est vrai que je n'ai pas eu de réel attachement pour les personnages, sauf pour la mère bien sûr. Ce personnage (et l'actrice putain !) est assez incroyable, ça déchire les entrailles je trouve de suivre l'histoire de cette femme, comme elle s'accroche à ça, à ce passage à la télé, à cette robe rouge, ...
(tout ça me donne envie de le revoir, je pense que c'est ce que je vais faire, histoire de bien finir ma soirée bad d'après fêtes, et comme ça je pourrais compléter ma réponse hihi cheers )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-envol.tumblr.com/
Lys
La Tartine


Messages : 247
Féminin

MessageSujet: Re: Requiem For A Dream   Ven 4 Jan - 10:39

Oui, Darren Aronofsky a vraiment su rendre à l'écran ce sentiment d'être abandonné à soi-même. D'où, entre autre, le sentiment de malaise. Mais en fait, j'aimerais beaucoup lire le livre pour voir quelle est la part cinématographique par rapport au bouquin, je pense qu'on pourrait beaucoup plus en parler.
En tout cas, ce que je trouve absolument "génialissime" (dans le sens de grandiose par rapport à 'Art), c'est que ce film, je le regarde souvent (et oui ,je l'ai enfin en DVD!) et il proccure deux effets:
-parfois, j'ai juste envie de me tirer une balle dans la tête à la fin du film
- d'autres fois, j'ai envie de sortir, de voir des gens, leur dire combien je les aime, etc.
En fait, en fonction je pense, de notre humeur intérieure, ce film peut-être à la fois une pulsion de vie ou bien un pulsion de mort. Alors, peut-être que je suis la seule à qui ça fait cet effet là, mais en tout cas, rien que pour ça, je regarde ce film encore et encore...comme une drogue, en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl Grey
Bactérie Divine
avatar

Messages : 39
Masculin Localisation : Bologne
Emploi : Étudiant universitaire

MessageSujet: Re: Requiem For A Dream   Jeu 4 Avr - 9:51

Ah "Requiem For A Dream" quel film... j'avoue avoir regardé d'abord Trainspotting et ensuite celui-ci, parce que je l'ai découvert pas hasard cette année.
Ce film m'a conquis dès la première fois, il est sombre et angoissant, et même très dur par son réalisme qui frappe comme un coup de poing dans les tripes. A' mon avis, il se concentre plus sur la manière vicieuse dont la drogue peut détruire les rêves des gens que sur la drogue elle-même.

Le titre, Requiem For A Dream se prête à cette interprétation: le requiem est une messe pour le morts, un chant du cygne en quelque sorte. Même le choix de diviser l'histoire en trois parties symboliques, qui correspondent à trois saisons. Au début (été) tout semble marcher, chaque personnage a un rêve, enfin il y a d'un coté Harry, Marion et Tyrone qui souhaitent débuter un magasin de vêtements et de l'autre il y a Sarah, donc la mère de Harry qui est convaincue de pouvoir passer à la télé. La drogue a presque la fonction d'un marionnettiste, de prestidigitateur...elle fait croire aux quatre personnages que grâce à elle il vont parvenir à leurs fins.

Puis il y a l'automne, qui nous montre comme le terrain sous les pieds des quatre victimes commence à céder; c'est toujours à cause de la drogue que tout change en légèrement pire: les trois amis se retrouvent confrontés à leurs crises d'abstinence et aux difficultés de satisfaire les besoins de l'aiguille tandis la mère sans s'en rendre compte commence à basculer dans la dépendance aux amphétamines tandis que le spectre du frigo dévoile un désir grandissant de nourriture qu'elle réprime.

Ensuite il y a l'hiver qui marque le point de non retour pour tous: Harry se retrouve malgré lui victime de son vice, Tyrone succombe à sa crise d'abstinence, Marion est forcée de se rabaisser au rang de prostituée rien que pour atteindre de nouveau le bien-être physique (mais ce qu'elle a du faire pèse sur sa conscience, et son cœur supporte mal la rupture avec Harry).
Mais la victime plus injuste est Sarah, qui se fait massacrer la santé mentale par l'euphorie chimique et factice causée par les amphétamines mais surtout par la psychose paranoïaque liée à l’obsession grandissante de manger (elle a une terrible envie de le faire, mais elle est à tel point devenue esclave de la drogue qu'elle ne peut plus y arriver).

Donc, toujours à mon avis le film ne veut pas nous dire: la drogue c'est mal. Je pense plutôt que le réalisateur ait voulu nous montrer comment elle peut nous enchainer à un rêve et à l'illusion de l'atteindre, avant de nous pousser vers l’auto-destruction de nous mêmes et l'abandon de toute relation humaine.

La seule saison qui manque à l'appel dans le film est le printemps, donc la renaissance. Tout simplement parce qu'il n'y en a pas, les rêves meurent avec tous les espoirs et c'est surtout une mort spirituelle, émotionnelle: la drogue fait oublier aux personnages l'importance des liens d'amitié ou d'amour, qui passent en second plan face à la pulsion de l'aiguille et de la télé/célébrité.

Enfin bref, trêve de bêtises j'adore ce film et les problèmes qu'il soulève; j'apprécie aussi la technique employée (certaines scènes en accéléré, comme pour souligner la répétition obsessive des gestes) qui le rend assez atypique.




___________________________________________________
This city's afraid of me. I've seen its true face. The streets are extended gutters and the gutters are full of blood. And when the drains finally scab over, all the vermin will drown. The accumulated filth of all their sex and murder will foam up about their waists and all the whores and politicians will look up and shout "Save us!"... and I'll look down and whisper "No."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lys
La Tartine


Messages : 247
Féminin

MessageSujet: Re: Requiem For A Dream   Ven 5 Avr - 14:59

Citation :
Donc, toujours à mon avis le film ne veut pas nous dire: la drogue c'est mal. Je pense plutôt que le réalisateur ait voulu nous montrer comment elle peut nous enchainer à un rêve et à l'illusion de l'atteindre, avant de nous pousser vers l’auto-destruction de nous mêmes et l'abandon de toute relation humaine.

Oui, la drogue prend sans doute une dimension métaphorique. Quoi qu'il en soit, ça donne envie de se débarrasser de tout ce qui peut nous aliéner, nous réduire à la dépendance. C'est pour ça que je disais, avant, que ce film a une certaine pulsion de vie, dans la mesure où il rend le spectateur actif face à sa propre vie.

Citation :
j'apprécie aussi la technique employée (certaines scènes en accéléré, comme pour souligner la répétition obsessive des gestes) qui le rend assez atypique.

Ouiii! C'est absolument génial! Enfin, je veux dire, c'est... c'est... enfin, y a pas de mots! Et même, la manière de filmer, tout! vers la fin, quand Sarah marche dans son appart et qu'elle est filmée d'en bas, je flippe tellement!!! c'est horrible!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Earl Grey
Bactérie Divine
avatar

Messages : 39
Masculin Localisation : Bologne
Emploi : Étudiant universitaire

MessageSujet: Re: Requiem For A Dream   Ven 5 Avr - 16:01

Citation :
Oui, la drogue prend sans doute une dimension métaphorique. Quoi qu'il en soit, ça donne envie de se débarrasser de tout ce qui peut nous aliéner, nous réduire à la dépendance. C'est pour ça que je disais, avant, que ce film a une certaine pulsion de vie, dans la mesure où il rend le spectateur actif face à sa propre vie.

Exactement, je suis d'accord avec toi. D'une certaine manière il pousse le spectateur à réfléchir sur la valeur de la vie, et des choses qui lui sont liées comme les relations d'amitié ou sentimentales. Des choses précieuses mais qui peuvent facilement tomber dans l'oubli si on se fait piéger par une dépendance. Ça reste un grand film, particulièrement intéressant par sa réalisation et ses prises de vue.

___________________________________________________
This city's afraid of me. I've seen its true face. The streets are extended gutters and the gutters are full of blood. And when the drains finally scab over, all the vermin will drown. The accumulated filth of all their sex and murder will foam up about their waists and all the whores and politicians will look up and shout "Save us!"... and I'll look down and whisper "No."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Requiem For A Dream   

Revenir en haut Aller en bas
 
Requiem For A Dream
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Requiem for a dream
» Requiem for a dream
» Requiem for a dream
» [Blu-ray] Requiem for a dream
» Requiem for a dream

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Théâtre des Arts :: AMPHITHEATRE :: Le Cinéma-
Sauter vers: